Politique Industrielle Commune de L’Afrique de L’Ouest

La  vision de la PICAO est de “maintenir une structure industrielle solide, qui soit compétitive au niveau mondial,  prenne en compte la protection de l’environnement et soit capable d’améliorer de façon significative le niveau de vie des populations à l’horizon 2030.” Dans le but de réaliser cette vision, les objectifs suivants ont été définis:

  • Diversifier et élargir la base de production industrielle de la région en portant de façon progressive le taux de transformation des matières premières du niveau de 15 à 20% à une moyenne de 30 % d’ici l’horizon 2030, grâce à l’appui aux efforts de mise en place de nouvelles capacités de production industrielle et de développement et de mise à niveau également de celles qui existent déjà;
  • Accroître progressivement le taux de contribution de l’industrie de fabrication au PIB de la région, qui se situe actuellement à une moyenne de 6 à 7 %, en le portant à une moyenne de plus de 20 % à l’horizon 2030;
  • Accroître progressivement le volume des échanges intra-communautaires dans l’espace Afrique de l’Ouest,  en le faisant passer du niveau actuel de moins de 12% à celui de 40 % d’ici l’horizon 2030, avec 50%  comme part du commerce des biens  manufacturés de la région, particulièrement dans le domaine de l’énergie (équipement, électricité, produits pétroliers, etc.);
  • Accroître progressivement le volume des exportations des biens manufacturés en Afrique de l’Ouest vers le marché mondial, en le portant du niveau actuel de 0,1 % à 1 % d’ici l’horizon 2030, à travers l’amélioration et le développement des compétences, de la compétitivité du secteur industriel et de la mise en place d’infrastructures de qualité (normalisation, accréditation et certification), particulièrement dans les domaines de l’information, de la communication et du transport.

La PICAO couvre 10 programmes régionaux autour desquels s’articule sa mise en œuvre.

  1. Développement de micro-entreprises, PME/PMI et de grosses industries: renforcement des micro-entreprises, des PME/PMI et des grosses sociétés en vue de les rendre compétitives et leur permettre ainsi d’avoir accès aux financements pour le développement de l’industrie.
  2. Programme de recherche-développement industriel (R-D I) : Cette composante va permettre d’apporter une réponse au problème de diffusion insuffisante des résultats de recherche auprès des industriels et des investisseurs.
  3. Elaboration des droits de la propriété intellectuelle régionale (DPIR) : Synergies développées actuellement avec le Système des Nations Unies (ONU) pour mettre en place un cadre régional pour la propriété intellectuelle.
  4. Développement d’une structure de financement : Mettre en place un mécanisme de financement de l’industrie, y compris pour les exportations des biens manufacturés, le renforcement de la coopération au sein de la région et les institutions africaines et internationales d’appui à l’industrie, ce spécialement dans le cadre de la coopération Sud-Sud.
  5. Système de Gestion des Informations sur les Opportunités d’Affaires (ECO-BIZ) : C’est dans le souci de répondre à la nécessité de disposer de données statistiques adéquates et d’informations techniques sur la production et de les communiquer aux utilisateurs.
  6. Création d’un réseau régional de partenaires industriels : les partenariats industriels intra-communautaires et internationaux vont permettre à la région d’accroître les flux des capitaux d’investissement ainsi que des technologies, tout en renforçant le partenariat public – privé et le tissu industriel de la région, en favorisant la création d’emplois au niveau local ainsi que les échanges intra-communautaires  et en permettant de marquer une présence sur le marché mondial à travers la constitution et l’intensification du partenariat entre les entreprises nationales et étrangères, spécialement les PME/PMI.
  7. Développement des Infrastructures: Ce qui implique la collaborations avec le NEPAD dans la perspective de réduire de façon significative le coût des facteurs de production, de promouvoir le développement des échanges intra-communautaires et partant, permettre aux économies nationales un accès accru aux marchés ouest-africain et mondial.
  8. Programme de Normalisation, de Certification, d’Accréditation de Métrologie et de Promotion de la Qualité (NAQAM): L’adoption de normes industrielles de haut niveau et la garantie de produits avec une qualité acceptable sont d’une importance capitale pour l’intensification des échanges régionaux, tout comme pour les exportations hors de la région.
  9. Programme de Développement des capacités de gestion et des compétences: Des programmes de formation et d’éducation en faveur du secteur industriel seront développés en Afrique de l’Ouest en collaboration avec le secteur privé (organisations professionnelles, patronat, etc.) et les réseaux régional et international (OIT, SFI, etc.). Ces programmes porteront sur une vaste gamme de qualifications requises pour le développement de l’industrie, notamment les aspects techniques, la gestion et l’entreprenariat. Ces activités ne seront pas limitées à des modèles de formation traditionnelle, mais seront également axées sur la formation continue et le détachement du personnel auprès d’autres sociétés tant au sein de la région qu’à l’extérieur.
  10. Programme de restructuration et de mise à niveau de l’industrie: Ce programme portera sur la restructuration et la mise à niveau des entreprises en vue de leur permettre d’être compétitives. Il portera également sur la mise à niveau des structures d’appui techniques, la dynamisation des activités industrielles à travers le renforcement du système d’information économique, le développement de consortiums d’exportation/réseaux de promotion des exportations, la promotion du partenariat et du système de parrainage et la mise en place d’un système de traçabilité  et d’appui au secteur informel. Il favorisera l’amélioration de l’environnement des affaires et facilitera le  renforcement du processus de coordination des interventions techniques et financières des partenaires dans l’industrie.

La  politique a été mise en place à l’issue de la réunion des Chefs d’Etat et de Gouvernement en 2010, avec une vision quant à sa mise en œuvre axée d’ici l’horizon 2030 comme délai. Depuis lors, diverses mesures ont été prises dans le but d’assurer le démarrage effectif de ces programmes. Les activités entreprises à ce jour se déclinent comme suit:

  • En janvier 2011, une réunion s’est tenue, dans le but de dégager les  priorités quant aux programmes, en tenant compte de ceux qui doivent faire l’objet de mise en œuvre immédiate par rapport d’ici l’horizon 2030.
  • Un calendrier d’ateliers de sensibilisation devant se tenir dans les Etats membres à compter d’avril 2011, est en train d’être élaboré.

Les principes directeurs de la politique ont été logés dans le site de la CEDEAO comme mesure nécessaire de facilitation de la communication.

  • De nouvelles évaluations des PME/Micro entreprises existant dans la région ont été effectuées dans le but de découvrir des domaines où ces dernières ont besoin d’appui.
  • Des exercices visant le développement des capacités et des compétences ont été menés.